A quoi sert l’angiographie ?

Le bouton CC permet d'activer / désactiver les sous-titres. Des informations supplémentaires sur l'accessibilité de cette vidéo sont disponibles sur la page d'aide.

Durée de la vidéo : 2 min 50 s.

Transcription textuelle de cette vidéo

[Dr Joël Uzzan - Rouen]

La DMLA est une maladie double, à deux formes cliniques : la DMLA sèche où il y a simplement le pigment qui disparaît, et la DMLA humide où il y a un néovaisseau – un vaisseau nouveau anormal – qui va pousser sous la rétine. L’angiographie est fondamentale pour préciser de quel type de DMLA il s’agit, voir le néovaisseau. Et il existe différentes formes de néovaisseaux qui peuvent bénéficier de traitements plus ou moins différents selon les formes.

Il y a deux types d’angiographie : l’angiographie à la fluorescéine (c’est un colorant fluorescent qui va montrer les néovaisseaux qui sont superficiels, en avant du pigment, ce qu’on appelle les néovaisseaux visibles), et il y a une majorité des néovaisseaux qui sont dits occultes (dont on ne voit pas précisément les limites à l’angiographie à la fluorescéine) et c’est donc l’autre angiographie en infra-rouge (qu’on appelle en ICG) qui va permettre de voir ces vaisseaux anormaux qui sont plus profonds, sous le pigment de la rétine.

L’angiographie est donc nécessaire pour le bilan initial, pour confirmer le diagnostic qu’il s’agit bien d’une DMLA, qu’il y a bien un néovaisseau. Elle va être nécessaire pour différencier les formes qui vont avoir besoin d’injections simples, les formes qui peuvent avoir besoin de photothérapie dynamique à la visudyne, comme les polypes choroïdiens qui sont une forme très particulière de néovaisseaux qui ne réagit pas toujours très bien aux injections d’anti VEGF.

L’angiographie va être aussi nécessaire au cours du suivi parce que l’œil va continuer à vieillir. La maladie est bloquée par les traitements, mais elle peut continuer à évoluer et avoir des périodes où elle va être très active, d’autres moins actives. Et l’angiographie peut découvrir une forme de néovaisseau qui n’existait pas forcément au début. Donc quand un patient ne réagit plus aussi bien qu’au début au traitement, un nouveau bilan angiographique va pouvoir donner des renseignements très utiles pour la poursuite du traitement.