Lexique : déchirure de l’épithélium pigmentaire

Le bouton CC permet d'activer / désactiver les sous-titres. Des informations supplémentaires sur l'accessibilité de cette vidéo sont disponibles sur la page d'aide.

Durée de la vidéo : 1 min 49 s.

Transcription textuelle de cette vidéo

[Dr Maddalena Quaranta - Lyon]

Au cours d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge humide, les vaisseaux anormaux qui caractérisent la pathologie poussent derrière, au-dessous de l’épithélium pigmentaire, une sorte de couche de protection de la rétine.

Les vaisseaux ne poussent pas tout seuls. Ils sont entourés par du tissu fibreux. Et donc au cours de leur évolution, les tissus peuvent se contracter en arrachant ainsi, en déchirant ainsi l’épithélium pigmentaire qui les surmonte. Cette déchirure de l’épithélium pigmentaire est normalement associée à une fuite hémorragique ou liquidienne majeure. Et c’est cette fuite qui est responsable d’une baisse de l’acuité visuelle sévère.

Le traitement des déchirures de l’épithélium pigmentaire est foncièrement identique au traitement de n’importe quelle autre néovascularisation. Du moment que l’efficacité du traitement dépend de l’acuité visuelle de départ, si l’acuité visuelle en cas de déchirure est trop basse, on aura un résultat fonctionnel moins important. Mais on a toujours intérêt à essayer de réduire la fuite néovasculaire, qu’elle soit primitive ou secondaire à une déchirure de l’épithélium pigmentaire.