Lexique : matériel vitelliforme de l’adulte ?

Le bouton CC permet d'activer / désactiver les sous-titres. Des informations supplémentaires sur l'accessibilité de cette vidéo sont disponibles sur la page d'aide.

Durée de la vidéo : 2 min 31 s.

Transcription textuelle de cette vidéo

[Dr Gérard Mimoun - Paris]

Le matériel vitelliforme, qu’est-ce que c’est que ce nom barbare ? Ce sont des dépôts qui se mettent sous la rétine et qui apparaissent avec l’âge, mais ce n’est pas une dégénérescence maculaire liée à l’âge compliquée, grave, exsudative.

Le problème est que ça donne les mêmes signes et ça n’aura pas du tout le même traitement ni le même pronostic. Les cellules de la rétine sont des cellules qui ne se renouvellent pas. Au cours de la vie, on a les mêmes cellules au début et à la fin de sa vie. Bien sûr les cellules s’usent, elles ne sont pas renouvelées, et de ces cellules qui s’usent apparaissent des dépôts qui s’accumulent sous la rétine. Ces cellules et ces dépôts vont modifier l’acuité visuelle et peuvent entraîner des déformations, parfois des ondulations, parfois des petites taches.

Comment va-t-on faire la différence avec la DMLA exsudative compliquée de néovaisseaux ? C’est à partir de l’examen du fond d’œil : on verra des petites taches qui sont marrons ou jaunes, et à partir d’explorations d’imagerie avec des photos, on verra que ce matériel est hyper auto-fluorescent, alors que les drusen de la DMLA ne sont pas hyper auto-fluorescents.

On fera peut-être une angiographie, et dans les cas de DMLA exsudative les néovaisseaux diffusent, ils fuient, alors que dans le matériel vitelliforme il n’y a pas diffusion. Il n’a pas d’anomalies en angiographie à la fluorescéine importantes. L’OCT est une sorte de scanner de la rétine qui permet de repérer ces lésions de matériel vitelliforme, qui ne sont pas situées au même endroit que les drusen de la DMLA. Les drusen sont sous l’épithélium pigmentaire, le matériel est en avant.

Donc grâce à ces différents examens, on pourra éliminer des néovaisseaux choroïdiens. On pourra rassurer le patient sur le pronostic visuel : il ne perdra pas la vue. Il ne faut pas lui faire d’injection dans l’œil, et on pourra lui dire que même s’il y a des petites fluctuations de la vue, l’évolution est très favorable, et habituellement il n’y a pas de perte de vue. À cours terme ou à moyen terme, l’acuité visuelle se stabilise et il n’y a aucune indication à faire des injections intra oculaires. C’est important de consulter l’ophtalmologiste pour qu’il puisse vous rassurer et éliminer une pathologie plus grave qui nécessiterait alors un traitement différent.