Lexique : néovaisseaux

Le bouton CC permet d'activer / désactiver les sous-titres. Des informations supplémentaires sur l'accessibilité de cette vidéo sont disponibles sur la page d'aide.

Durée de la vidéo : 2 min 05 s.

Transcription textuelle de cette vidéo

[Pr Gabriel Coscas - Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil]

Lorsque l’on parle de DMLA, on a déjà une certaine difficulté avec ce sigle et cette maladie dont la définition est purement liée à l’âge et à l’atteinte maculaire.

Pour simplifier à l’égard des patients, on leur a parlé de forme humide et de forme sèche. Les formes humides son celles où, dans une réaction initialement de défense, se produisent des proliférations néovasculaires, c’est-à-dire des vaisseaux nouveaux qui prolifèrent et qui sont censées être d’abord une réaction de cicatrisation, mais qui va entraîner des dégâts extrêmement sévères, puisque ces néovaisseaux – ces vaisseaux récemment formés – sont fragiles, ne comportent pas de paroi étanche, laissent couler du sérum et parfois même du sang complet avec des hématies. Et ces hémorragies ou ces exsudations d’abord soulèvent la rétine, entraînant ces fameuses déformations qui sont le signe d’alarme – ces fameuses métamorphopsies – puis ensuite des destructions du tissu rétinien.

Les néovaisseaux sont une réaction de prolifération, de développement, de naissance de vaisseaux anormaux, au début qui aurait pu être une réaction cicatricielle et qui devient une réaction dangereuse du fait des exsudations, des soulèvements, des décollements et des hémorragies destructrices des cellules visuelles.