Lexique : Qu’est-ce-qu’un drusen bleu ?

Le bouton CC permet d'activer / désactiver les sous-titres. Des informations supplémentaires sur l'accessibilité de cette vidéo sont disponibles sur la page d'aide.

Durée de la vidéo : 2 min 41 s.

Transcription textuelle de cette vidéo

[Pr Giuseppe Querques - Service d’ophtalmologie, Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil]

Les drusen bleus sont un sous-type de drusen, c’est-à-dire de précurseurs de la DMLA, qui ont été décrits pour la première fois par l’équipe de Créteil au début des années 90, et que aujourd’hui, grâce à des travaux de recherche qu’on a pu effectuer aussi dans le service, l’on connaît beaucoup mieux.

On sait surtout qu’ils sont une forme de précurseurs de la DMLA, caractérisés par une progression plus rapide, de la forme atrophique de la DMLA mais aussi de la forme néovasculaire de la DMLA, c’est-à-dire la forme exsudative, humide. Donc c’est très important de les reconnaître de façon à mieux suivre le patient qui présente ce type de phénotype, de caractéristique, notamment au niveau du fond d’œil de la rétine.

Ils sont caractérisés par la présence de dépôts situés non pas comme d’habitude entre la choroïde et l’épithélium pigmentaire (les couches les plus externes de la rétine), mais plutôt entre l’épithélium pigmentaire et la rétine, donc dans des couches un peu plus internes de la rétine.

Aujourd’hui on connaît mieux ces drusen bleus. C’est-à-dire qu’on a tous les moyens en termes d’imagerie pour bien les reconnaître, et les distinguer par rapport aux drusen typiques, les précurseurs typiques de la DMLA. Et c’est possible surtout avec l’OCT (scanner de la rétine), avec l’examen en auto-fluorescence (de la même façon que l’on fait une angiographie, mais sans injection de colorant), et aussi avec l’imagerie confocale par laser, c’est-à-dire une imagerie toujours non invasive qui permet d’avoir une visualisation plus précise des différents plans de la rétine.