Quels sont les traitements appropriés aux différentes formes de DMLA ?

Le bouton CC permet d'activer / désactiver les sous-titres. Des informations supplémentaires sur l'accessibilité de cette vidéo sont disponibles sur la page d'aide.

Durée de la vidéo : 3 min 01 s.

Transcription textuelle de cette vidéo

[Pr Salomon Yves Cohen - Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil]

Il y a différents types de traitements disponibles aujourd’hui dans les différentes formes de dégénérescences maculaire liée à l’âge.

Dans les formes de début, et dans les formes sèches en général, les traitements actifs se limitent malheureusement à la prescription de vitamines anti-oxydantes, de compléments alimentaires qui contiennent souvent des vitamines, mais également de la lutéine et des oméga-3. Ces traitements visent à ralentir la progression de la maladie, visent également à prévenir l’apparition d’une forme grave au niveau du deuxième œil. Mais leur impact est réellement limité malheureusement.

Dans les dégénérescences maculaires sèches, lorsqu’il y a des plaques atrophiques constituées, de nombreuses molécules sont en cours d’évaluation. Nous pensons que dans un futur proche, il y aura des traitements à base d’injections que l’on fera dans l’œil comme on en fait actuellement dans les dégénérescences maculaires humides, et nous espérons beaucoup de ces traitements dans le futur. Mais à l’heure où je vous parle, il n’y a pas malheureusement de traitement très actif.

Dans les formes humides les traitements ont beaucoup changé ces dernières années. Au départ nous faisions des traitements laser qui visaient simplement à détruire la partie malade, avant que cette maladie ne progresse vers la rétine saine. Dans un deuxième temps nous avons eu un traitement avec la thérapie photo dynamique qui visait également à ralentir le processus de néo vaisseaux, et qui a permis tout de même à certains patients d’éviter la perte de la vision centrale et la perte de la lecture. Mais malheureusement la réponse au traitement était limitée.

Depuis sept ans environ nous utilisons en routine des injections d’anti VEGF. Il s’agit de molécules que l’on doit injecter dans l’œil, directement, et qui visent à stopper le processus de néovascularisation qui assèche ces vaisseaux, qui empêchent leur formation. Ces traitements sont efficaces.

Clairement ils ont révolutionné la prise en charge de la maladie. Ils font qu’aujourd’hui le risque d’évolution vers la cécité légale est beaucoup plus faible qu’auparavant. De nombreux patients conservent une vision de lecture. Malheureusement ces traitements nécessitent des injections répétées, des évaluations fréquentes, qui font que le traitement est tout de même un traitement difficile pour les patients. Ça demande de leur part de la patience, un certain investissement, un certain courage également. Mais ils le font, heureusement, et pour leur bien-être, puisque grâce à ça ils vont pouvoir conserver une vision utile.