La télévision ou l’ordinateur sont-ils mauvais pour les yeux, et en particulier pour les personnes atteintes de DMLA ?

L’ordinateur, les écrans de télé ou les smartphones pourraient éventuellement présenter un risque pour la DMLA. On sait que ces types d’écran envoient notamment de la lumière bleue dans les yeux des patients, et on sait que la lumière bleue, par des études qui ont été menées sur des animaux, également sur des cellules humaines […]

Caractéristiques angiographiques et OCT des néovaisseaux choroïdiens associés à la myopie forte

La néovascularisation choroïdienne maculaire est la première cause de perte de vision centrale chez le patient myope fort. Le diagnostic de NVC peut être rendu difficile en raison des caractéristiques propres au fond d’œil myope (pâleur, atrophie, staphylome, altérations pigmentaires…) et de leur caractère peu exsudatif. L’objectif de l’étude était de comparer la contribution de […]

Un outil de calcul permettant d’évaluer le risque de progression ou le risque de développer une dégénérescence maculaire liée à l’âge

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de malvoyance après 60 ans dans les pays industrialisés. Si le facteur déclenchant de cette maladie n’est à présent pas précisé, des facteurs de risque ont été découverts, impliquant des facteurs environnementaux, des facteurs oculaires et des facteurs de risque génétiques. L’âge, les antécédents […]

Essai clinique de greffe de cellules souches embryonnaires dans la DMLA et la maladie de Stargardt

Deux essais cliniques prospectifs menés dans la DMLA atrophique et la maladie de Stargardt par des équipes américaines ont montré des résultats prometteurs. Ces équipes ont isolé des cellules souches embryonnaires d’origine humaine ayant été différentiées en cellules de l’épithélium pigmentaire. Dans un premier temps, ces cellules injectées dans l’espace sous-rétinien de modèles animaux immunodéprimés […]

Signes cliniques et biologiques associés à la rétinopathie drépanocytaire proliférante sévère chez les patients SS et SC

La rétinopathie drépanocytaire est la première cause de baisse visuelle chez les patients drépanocytaires, touchant le plus souvent les patients SC. Au cours d’un travail collaboratif réalisé entre le centre de référence des syndromes drépanocytaires majeurs du CHU Henri Mondor et le service d’ophtalmologie du CHI Créteil – CHU Mondor, des corrélations ont pour la […]

Utilisation de l’Avastin en dehors de l’autorisation de mise sur le marché

L’Avastin est une molécule qui a reçu une autorisation de mise sur le marché en cancérologie. Néanmoins, parce que la molécule est similaire au Lucentis, et en raison de son prix beaucoup moins élevé, la molécule est parfois utilisée pour le traitement de la forme exsudative de la DMLA. Les données d’une grande étude publiée […]

De nouveaux facteurs génétiques identifiés dans la DMLA

Une étude collaborative associant des équipes américaines et des équipes européennes (dont l’équipe du Pr Souied du service d’ophtalmologie de Créteil) a permis de comparer une série de 2594 cas de DMLA à une série de 4134 patients sans DMLA pour mettre en évidence dans un premier temps différents marqueurs génétiques potentiellement associés à la […]

Les pseudo-drusens réticulés augmentent le risque de DMLA avérée : analyse prospective

Les pseudo-drusens réticulés augmentent le risque de DMLA avérée : analyse prospective

Une étude collaborative prospective portant sur des patients ayant des pseudodrusen a été menée conjointement dans le service d’ophtalmologie de l’hôpital intercommunal de Créteil et le département d’imagerie de l’université de Columbia à New York. Dans cette étude, 271 patients souffrant d’une DMLA exsudative unilatérale présentant ou non en plus des pseudodrusen ont été suivis […]

Génétique de la DMLA : formes atrophiques versus formes exsudatives

Néanmoins, l’impact différentiel de ce facteur de susceptibilité génétique sur les formes atrophique ou exsudative de la DMLA était mal défini. Pour répondre à cette question, l’effet différentiel du locus ARMS2 sur la prévalence de la DMLA atrophique et de la DMLA exsudative a été analysé au cours d’une étude multicentrique franco-américaine regroupant plusieurs équipes […]

Les larges drusen colloïdes du sujet jeune

Les larges drusen colloïdes du sujet jeune

Les drusen sont rares avant l’âge de 50 ans. A la différence des drusen liés à l’âge, deux types de drusen du sujet jeune sont classiquement décrits : les drusen cuticulaires ou basal laminar drusen et les drusen associés à Malattia Leventinese appelés drusen dominants. Le but de ce travail était d’analyser et de classifier les […]