Je n’ai qu’un œil de touché, comment surveiller mon 2ème œil ?

Le bouton CC permet d'activer / désactiver les sous-titres. Des informations supplémentaires sur l'accessibilité de cette vidéo sont disponibles sur la page d'aide.

Durée de la vidéo : 2 min 04 s.

Transcription textuelle de cette vidéo

[Pr Éric Souied, Chef de service - service d’ophtalmologie, Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil]

L’examen du deuxième œil peut se faire de deux façons, qui sont toutes les deux complémentaires.

La première c’est l’auto surveillance. On va proposer au patient de faire un test une fois par semaine, ça suffit largement. On cache un œil (donc l’œil atteint) et on prend des points de repères. On a l’habitude de dire une grille de mots croisés, mais ça peut être aussi un immeuble, ça peut être une grille Excel. On va prendre des points de repères de lignes, et détecter des déformations.

S’il y a eu des déformations qui se sont accentuées par rapport au précédent examen, le patient doit refaire de lui-même ce test dix minutes à un quart d’heure plus tard. Si ça se confirme, il doit nous consulter dans la semaine, sans prendre de rendez-vous.

Il doit aller voir son ophtalmologiste. Le but n’est pas d’obtenir un rendez-vous dans six mois, mais d’être pris en charge dans la semaine. Quand on dit dans la semaine, si ça arrive le jeudi ou vendredi ça peut attendre le lundi suivant, mais pas plus que ça.

Ça c’est l’auto surveillance, et puis il y a aussi l’examen de l’ophtalmologiste régulier, lorsque le patient est en protocole ou en suivi pour le premier œil. Bien entendu il va à chaque fois examiner le deuxième œil, et dans un certain pourcentage de cas pouvoir détecter les lésions avant même qu’elles soient symptomatiques, avant même que le patient s’en aperçoive. Autrement dit, très précocement, ce qui va permettre de stabiliser l’acuité du deuxième œil assez haute.

Le deuxième œil est un enjeu important parce que c’est lui qui va déterminer la vision finale, l’ensemble de la vision. C’est donc un enjeu encore plus important que le premier œil. C’est lui qui va déterminer la fonction visuelle du patient.