Chirurgie vitréo-rétinienne

La rétine est un tissu nerveux de quelques centaines de microns d’épaisseur, permettant de transmettre le signal visuel au cerveau. Les principales pathologies rétiniennes nécessitant une prise en charge chirurgicale sont décrites ci-dessous.

  • Le décollement de rétine se traduit par un soulèvement de la rétine en général associé à une déchirure périphérique de la rétine nécessitant une prise en charge urgente. Les principaux facteurs de risque sont l’âge, la myopie, les antécédents de chirurgie de la cataracte, les antécédents traumatiques oculaires. La prise en charge se fait par voie externe, à l’aide d’une indentation sclérale, ou par voie interne, par vitrectomie.
  • La membrane épirétinienne se caractérise par l’apparition à la surface de la rétine d’une petite peau qui va engendrer un plissement de la rétine à l’origine d’une baisse progressive de la vision et de déformations visuelles. La chirurgie vitréo-rétinienne permet l’ablation de cette membrane. L’amélioration de l’acuité visuelle revient progressivement après cette chirurgie.

    Examen en OCT : présence d'une membrane épirétinienne se développant à la surface de la rétine (flèche blanche)
    Examen en OCT : présence d'une membrane épirétinienne se développant à la surface de la rétine (flèche blanche)
  • Le trou maculaire se traduit par la présence d’un trou au centre de la rétine à l’origine d’une baisse visuelle importante. La chirurgie vitréo-rétinienne permet de refermer le trou à l’aide d’un gaz expansif qui reste dans la cavité vitréenne quelques semaines. Les vols en avion, ou les voyages en altitude sont contre-indiqués tant que le gaz persiste dans la cavité vitréenne.

    Examen en OCT : présence d'un trou maculaire dans la rétine
    Examen en OCT : présence d'un trou maculaire dans la rétine
  • La traction vitréo-rétinienne se traduit par une traction localisée sur la rétine, entraînant une baisse visuelle progressive. La chirurgie vitréo-rétinienne, en enlevant cette traction, permet à la rétine de reprendre une morphologie normale.

La chirurgie vitréo-rétinienne a connu de nombreuses avancées ces dernières années : la technique d’anesthésie est parfois simplifiée (anesthésie locale), les instruments utilisés sont de plus en plus fins (leur diamètre est de 0,5 mm pour les instruments 25 Gauges), la visualisation de la rétine est améliorée (systèmes panoramiques). L’ensemble de ces améliorations techniques permet de réaliser des interventions plus rapidement, avec pour le patient un meilleur confort post-opératoire.