Maculopathie myopique

La myopie se définit par un globe oculaire plus long que la normale, nécessitant une correction optique (mesurée en dioptrie) pour la vision de loin afin de focaliser l’image sur la rétine.

Les maculopathies myopiques

Les maculopathies myopiques incluent principalement les rétinoschisis maculaires, les trous maculaires et les néovaisseaux choroïdiens maculaires, première cause de malvoyance dans cette pathologie. Ceux-ci se traduisent cliniquement par une baisse de la vision le plus souvent de près, parfois associée à une impression de vision déformée.

Angiographie à la fluorescéine : présence de néovaisseaux choroïdiens au centre de la rétine
Angiographie à la fluorescéine : présence de néovaisseaux choroïdiens au centre de la rétine (flèche)

Approche clinique et thérapeutique

De nombreuses avancées ont été récemment réalisées dans l’approche clinique et thérapeutique de cette maladie. Les examens d’imagerie moderne (tomographie en cohérence optique, angiographie numérisée) permettent de dépister plus précocement les lésions rétiniennes chez les patients myopes. Le traitement par photothérapie dynamique et les injections intravitréennes d’anti-VEGF, ont démontré leur efficacité dans la néovascularisation sous-rétinienne. A moyen terme, une meilleure compréhension des mécanismes conduisant à cette complication pourra peut-être déboucher sur de nouvelles perspectives thérapeutiques.

Parce que la myopie forte constitue une pathologie tout à fait particulière, le service d’ophtalmologie du Pr Souied a mis en place une consultation précisément dédiée aux maculopathies myopiques de cette pathologie.