Occlusions veineuses rétiniennes

Qu’est-ce qu’une occlusion veineuse rétinienne ?

C’est la conséquence d’un ralentissement soudain de la circulation sanguine dans les veines de la rétine, qui peut avoir un retentissement sur l’ensemble de la circulation sanguine de la rétine, en particulier, en amont, sur la circulation du sang dans les capillaires et dans les artérioles rétiniennes. La perturbation de l’oxygénation de la rétine est à l’origine de troubles visuels plus ou moins sévères. L’occlusion de la veine centrale de la rétine a des conséquences plus graves qu’une occlusion d’une branche veineuse qui ne concerne qu’une partie plus petite de la rétine.

Photographie couleur du fond d'œil montrant une occlusion de la veine centrale de la rétine
Photographie couleur du fond d’œil montrant une occlusion de la veine centrale de la rétine

Parmi les causes les plus souvent rencontrées, on retrouve les facteurs de risques vasculaires comme l’hypertension artérielle, l’augmentation du taux de lipides (graisses) sanguins, le diabète, le tabagisme, mais aussi l’élévation de la tension oculaire (glaucome). L’apnée du sommeil est un facteur favorisant souvent rencontré.

Diagnostic des occlusions veineuses rétiniennes et évolution

Si l’occlusion veineuse rétinienne est suspectée dès l’examen du fond d’œil, il est très utile de confirmer le diagnostic par une angiographie à la fluorescéine qui met parfaitement en évidence la circulation sanguine dans les vaisseaux rétiniens et en analyse les conséquences. La tomographie en cohérence optique (OCT) apporte des informations utiles pour évaluer l’œdème maculaire qui est une conséquence très fréquente des occlusions veineuses.

L’évolution des occlusions de la veine centrale de la rétine est très variable, avec possibilité de récupération complète ou quasi complète dans environ 20 % des cas ou, à l’opposé, risque de baisse majeure de la vision. L’aggravation des symptômes au cours des premières semaines est très fréquente, d’où la nécessité d’une surveillance régulière pendant cette période. La durée d’évolution des occlusions de la veine centrale de la rétine peut aller de quelques semaines pour les cas les plus favorables, à plus d’un an dans les cas d’aggravation lente et progressive.

Quel est le traitement initial des occlusions de la veine centrale de la rétine ?

Plusieurs traitements peuvent être proposés. Le traitement des facteurs de risque est fondamental pour éviter le risque de rechute ou d’atteinte de l’autre œil (10 à 15 % des cas environ). Dans les premiers jours, un traitement par hémodilution peut être proposé en l’absence de contre-indications, dans le but de diminuer la viscosité sanguine et d’améliorer la circulation du sang dans les vaisseaux rétiniens. Le traitement au laser est indiqué dans certains cas, principalement pour éviter certaines complications. De nouveaux médicaments anti-œdémateux administrés par injection dans l’œil sont maintenant prescrits pour traiter l’œdème maculaire persistant, et donc améliorer la vision.


Le rapport des Sociétés d’Ophtalmologie de France sur les Occlusions Veineuses Rétiniennes, coordonné par le Dr Agnès Glacet-Bernard en 2011, est maintenant disponible au téléchargement.

Dernière modification : 5 mars 2014