Examens pratiqués

Le service d’ophtalmologie de Créteil dispose d’un plateau technique comportant plusieurs moyens d’investigation clinique. Ces techniques d’imagerie rétinienne et d’analyse fonctionnelle comprennent l’angiographie à la fluorescéine, l’angiographie au vert d’infracyanine, la tomographie en cohérence optique, l’échographie oculaire, le champ visuel et l’électrophysiologie.

L’angiographie à la fluorescéine

Patient positionné pour l'angiographie
Patient positionné pour l’angiographie

L’angiographie à la fluorescéine est l’examen clé pour le diagnostic des maladies rétiniennes et plus particulièrement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge. La fluorescéine, qui est un colorant vital, est injectée dans une veine du pli du coude. Elle émet une lumière fluorescente lorsqu’elle est excitée par une lumière d’une certaine longueur d’onde. L’angiographie consiste à réaliser des photographies de la rétine lors du passage de la fluorescéine dans les vaisseaux rétiniens.

Aspect en angiographie à la fluorescéine des néovaisseaux choroïdiens dans la DMLA exsudative (dite DMLA humide)

L’angiographie au vert d’infracyanine

L’angiographie au vert d’infracyanine ou ICG utilise un autre colorant, le vert d’indocyanine ou d’infracyanine. Elle est complémentaire de la précédente et permet d’explorer la choroïde, c’est à dire le tissu vasculaire situé sous la rétine. Elle est utilisée dans la DMLA où elle permet de mieux identifier les néovaisseaux dits occultes, situés sous la rétine, mais aussi dans les maladies inflammatoires de la rétine.

Aspect en ICG de néovaisseaux occultes
Aspect en ICG de néovaisseaux occultes

La tomographie en cohérence optique

La tomographie en cohérence optique ou OCT est un procédé d’imagerie rapide, indolore et non invasif, dans la mesure où il ne nécessite aucune injection. L’OCT fournit des informations complémentaires aux images angiographiques.

Appareil OCT : mentonnière et repose-front pour le positionnement du patient face à l'objectif
Appareil OCT : mentonnière et repose-front pour le positionnement du patient face à l’objectif

Dans cette technique, un faisceau lumineux utilisant une source laser va traverser les structures de l’œil et l’appareil va mesurer le temps mis par l’écho lumineux pour traverser les tissus oculaires, être réfléchi et revenir. Il permet l’analyse fine des structures de l’épaisseur rétinienne.

Aspect en OCT d'une fovéa (zone centrale de la macula) normale
Aspect en OCT d’une fovéa (zone centrale de la macula) normale
Aspect en OCT lors d'une DMLA exsudative
Aspect en OCT lors d’une DMLA exsudative

L’échographie oculaire

L’échographie oculaire utilise les ultrasons pour explorer les structures intra-oculaires chaque fois que la visualisation du fond d’œil s’avère impossible. Il peut par exemple s’agir d’une cataracte ou d’une hémorragie dans le vitré qui empêche l’observation précise de la rétine. L’échographie est également utilisée pour déterminer la puissance de l’implant destiné à remplacer le cristallin en cas de chirurgie de la cataracte.
Deux modes d’échographie sont utilisés en ophtalmologie.

  • Le mode «A» (mode amplitude) est le plus ancien. Il consiste à interpréter les inflexions d’une ligne par rapport à une ligne de base, chaque structure de l’œil se traduisant par un pic ou une série de pics correspondant à l’«écho» de cette structure.
  • Le mode «B» (mode brillance) est actuellement le plus utilisé. En effet, l’échogramme n’est plus linéaire mais il représente une coupe en deux dimensions du globe oculaire dont l’analyse est ainsi plus accessible.
Mesure de la longueur axiale en mode «B» guidé par le mode «A» : coupe de l'œil droit dite «axiale transverse»
Mesure de la longueur axiale en mode «B» guidé par le mode «A» : coupe de l’œil droit dite «axiale transverse»

L’examen du champ visuel

L’examen du champ visuel est utilisé dans diverses pathologies, en tête desquelles vient le glaucome chronique. Il existe deux types de champ visuel : la périmétrie manuelle de Goldmann et la périmétrie automatisée.

Champ visuel Goldmann indiquant une dystrophie des cônes
Champ visuel Goldmann indiquant une dystrophie des cônes

L’électrorétinogramme

L’électrorétinogramme ou ERG consiste à mesurer l’activité électrique des cellules rétiniennes lorsque celles-ci sont soumises à un stimulus lumineux. Le tracé obtenu enregistre la réponse des cônes et des bâtonnets, qui sont les photorécepteurs (cellules visuelles) de l’œil. Cet examen complémentaire est très utile pour le diagnostic des maladies génétiques et dégénératives de la rétine.

Tracé d'un ERG, protocole court
Tracé d’un ERG, protocole court